La Competition

Voici les films politiques sélectionnés au Festival du Film Politique de cette édition 2017 :

ENTRE DEUX RIVES de Kim Ki-duk

LE JEUNE KARL MARX de Raoul Peck

APRES LA GUERRE de Annarita Zambrano

CHEZ NOUS de Lucas Belvaux

MADE IN FRANCE de Nicolas Boukhrief

LE CAIRE – CONFIDENTIEL de Tarik Saleh

Films hors compétition

DANS LA PEAU DE JACQUES CHIRAC de Michel Royer et Karl Zero

SANDTOWN PROJECT de Francescu Artily

LA TÊTE DE L’EMPLOI d’Isabelle Le Nouvel

 

 

LE MOT DE LA PROGRAMMATRICE

« Deux lois gouvernent le monde : la loi du plus fort et celle du plus fin. »

Jean-Benjamin de Laborde

 

Pour cette première édition, ce qui nous a guidé au moment de constituer notre sélection, c’est que chacun des long-métrages sélectionnés ait, quelque soit l’horizon d’où il vienne, un même fil rouge : la lutte contre la « loi du plus fort ». C’est ce combat – sous ses formes les plus variées – qui nous semble le mieux raconter l’époque que nous vivons. Les « jougs » n’ont jamais été aussi nombreux, et si le cinéma s’en empare vigoureusement, ce n’est évidemment pas par hasard. Le monde souffre, le monde s’interroge, il doute, il veut évoluer, se libérer, et qu’est-ce que le cinéma sinon le reflet du monde.

C’est l’histoire de ce pauvre pêcheur de Corée du Nord qui tombe bêtement en panne de moteur dans les eaux de Corée du Sud et se voit accusé d’espionnage d’un côté, puis à son retour, de l’autre. A l’heure ou Kim Jong-un défie le monde sans qu’on mesure jusqu’ou sa folie peut réellement aller – surtout confronté à un Trump –  un voyage captivant dans la mentalité de ce peuple coupé en deux mais réunifié quand il est question de…rester le plus fort.

Marco, c’est cet ancien militant de l’extrême gauche italienne, réfugié en France depuis 20 ans, et qui se pense protégé par une convention de non-extradition, qui voit resurgir une accusation d’assasinat d’un juge… Le voilà en cavale avec sa fille Violetta. Mais à 15 ans, que peut-elle comprendre à ce passé révolutionnaire, elle qui ne parle même pas italien ?

Le rouleau compresseur du plus fort se met à nouveau en marche. Et leurs vies basculent, comme celle de cette infirmière dévouée et aimée de tous, Pauline, qui se voit manipuler par… plus fort qu’elle, par des dirigeants d’extrême droite qui voient en elle la candidate idéale aux prochaines municipales…

Alors jeune journaliste, Karl Marx est exilé en France, lui aussi, car censuré dans son Allemagne de naissance par plus fort que lui. Sa revanche contre ces nantis qui l’abhorrent, il va la prendre en écrivant avec son ami Engels la bible de la révolution ouvrière: le manifeste du Parti communiste. Qui plus tard deviendra l’Evangile tragique des plus forts, sous Staline…

Sam, journaliste également, mais à Paris cette fois, et de nos jours, joue sur sa culture musulmane pour intégrer un groupe de jeunes islamistes qui s’apprêtent à passer à l’acte. Ils se sentent forts, en mission divine, ils deviendront des terroristes « Made in France »…

Lorsque Nouredine, inspecteur au Caire en janvier 2011 découvre que le meurtre d’une jeune chanteuse est le fait de la garde rapproché du Président Moubarak, il comprend qu’il va devoir s’attaquer à plus fort que lui…Comme tous les Égyptiens d’ailleurs, puisque nous sommes à la veille du Printemps Arabe…

Le drame qui réunit tous ces personnages c’est donc d’être confronté à une force qui les dépasse, les fige, les anéanti, mais parfois les transcende parce qu’ils sont plus fins qu’elle. Car comme le disait Jean-Jacques Rousseau:

« Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit, et l’obéissance en devoir. »

Daisy d’Errata