« Un film n’est politique que par accident.
L’idéologie d’un film vient toujours seconder l’histoire
mais elle ne lui emboîte jamais le pas. »
Michael Cimino

Puisque « Tout est politique »  comme le clamait le slogan de mai 68, comment est-il concevable que nous soyons parvenus jusqu’à cette fin d’ octobre 2017… sans Festival du Film Politique ? Jules Renard disait qu’affirmer « Je ne m’occupe pas de politique » c’est comme si vous disiez : « Je ne m’occupe pas de la vie ». Or le cinéma est le reflet de la vie, donc de la politique… tant il est vrai qu’elle s’immisce partout. Alors? Comment expliquer cet oubli ? Soit c’est que personne n’y avait pensé avant, soit que la politique fait peur …Il est vrai que cette activité n’a pas souvent eu bonne réputation au cours des siècles…Paul Valéry la définissait cyniquement comme « l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde », à la suite de Voltaire pour qui « la politique puise sa source dans la perversité plus que dans la grandeur de l’esprit humain ». Coluche ne dit pas autre chose: « la politique, c’est pas compliqué, il suffit d’avoir une bonne conscience, et pour ça, faut juste avoir une mauvaise mémoire. » Fermez le ban. Rhabillée pour l’hiver, la politique ? Non. Parce que tant qu’il y aura des femmes et des hommes vivant en société, il faudra bien quelques lois, ne serait-ce que pour éviter qu’ils s’entretuent !

A son échelle, le cinéma politique participe de ce vœu pieu: en faisant appel à d’autres sens que juste l’intellect, appelez ça l’intuition, la poésie ou le rire, il fait comprendre à tous – au travers d’images qui bougent – les enjeux qui régissent nos vies, qu’il fustige les dysfonctionnements de la société ou nous alerte sur les dérives des puissants… En cela, le cinéma politique, profondément démocratique puisqu’il accueille tous les courants de pensée dans les salles obscures, joue un rôle qu’on devrait déclarer d’utilité publique : grâce à son existence les mentalités évoluent, les sociétés avec, et les lois à leur suite.

C’est à ce titre que nous sommes fiers aujourd’hui de vous proposer cette première édition du Festival du Film Politique de Porto-Vecchio, qui entend s’inscrire dans la durée, en donnant à ce genre si singulier une visibilité de plus en plus grande.

Karl Zéro

Organisation :
Association du festival du flm politique

Membres fondateurs :
Karl Zéro- Jérôme Paoli -Daisy d’Errata-
Anne Catherine Mendez

Vous avez également la possibilité de voter pour le prix du public ici !